CLAUDE GIRON

VIOLONCELLISTE – LAURÉATE DE PLUSIEURS PRIX INTERNATIONAUX
TUTRICE ACADÉMIE DE L’ORCHESTRE DE
PARIS

« LE SON WIDEX, POUR MOI, EST PUR, COMPLÈTEMENT NATUREL »

C’est toute jeune que Claude Giron tombe en amour pour le son d’un violoncelle. Au contact de cet instrument, elle se découvre et comprend, assez rapidement, qu’il va l’accompagner longuement tellement il a un impact essentiel sur son équilibre personnel.
Ici, elle se raconte, nous partage son parcours et son expérience de vie aux côtés du son. 

ET TOUT COMMENCE PAR UN COUP DE FOUDRE… 

Enfant, Claude découvre la musique par le piano. Sur celui de sa grand-mère, elle se plaît alors à rejouer les musiques entendues à la télévision, comme le générique de l’Eurovision, juste grâce à son oreille ! A 13 ans, dans l’idée de pratiquer un deuxième instrument, elle se rend à une journée "Portes ouvertes" de l’école de musique de sa ville et elle va avoir un vrai coup de foudre pour le son du violoncelle. Tout s’enchaîne ensuite assez naturellement : entrée en 1988 au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), obtention en 1991 d’un Premier prix en Violoncelle et en Musique de Chambre, départ pour étudier à l’Université de Yale, dotée d’une bourse Fullbright et d’une bourse du ministère de la Culture, elle y passe 3 ans et obtient un Master of Music et un Artist Diploma. A son retour en France en 1994, elle entre à l’Orchestre philharmonique de Radio France, puis, en 1999, à l’Orchestre de Paris.

LE SON COMME UNE THÉRAPIE 

Issue d’une famille qui n’était pas musicienne, Claude Giron ne soupçonnait pas combien la musique pouvait détendre, rendre heureux, vider la tête. Au contact de son instrument , au fil de sa pratique, la musicienne réalise assez tôt que la musique, et le violoncelle en particulier, apporte énormément à son équilibre. La musique tient une place primordiale depuis toujours chez elle et lui rappelle les émois de l'adolescence. « C'est un peu ma thérapie, mon oxygène, mon monde. » 

PASSIONNÉE PAR TOUS LES STYLES DE MUSIQUE 

Grande amoureuse du répertoire classique (Mozart, Schubert, Mendelssohn), Claude Giron pratique aussi assidûment la musique de chambre et ce dans différentes formations. Claude Giron manifeste un vif intérêt pour tous les styles de musique. Elle a collaboré à des ensembles aussi variés que Pink Martini, European Camerata pour finalement rejoindre en 2006, l’ensemble de musique yiddish Sirba Octet. Claude adore aussi le son de la basse électrique et aimerait beaucoup savoir improviser. Pour elle, « l’improvisation permet de se dégager du cadre classique et de libérer la créativité. »

LA PERFECTION DU SON NATUREL SELON CLAUDE

La violoncelliste accorde une importance toute particulière au son en précisant qu’en sa qualité d’interprète si elle «entend mal ce [qu’elle] joue, [elle] va mal reproduire la beauté de ce que le compositeur a écrit ». Claude Giron pense que le son naturel existe. Et elle l’expérimente chaque jour en se référant au son de son instrument. Elle nous confie qu’au moment où on lui a posé les aides auditives Widex, elle n’a pas senti de gêne : « Et le son, pour moi, n'est pas du tout métallique. Vraiment, c'est pur, complètement naturel. Je pourrais dire que c'est comme si je n'avais rien. C'est parfait. »

Ambassadeurs de l'Académie de l'Orchestre de Paris

Retour en haut de page