PHILLIPE BERROD

PREMIÈRE CLARINETTE SOLO TUTEUR DE L'ACADÉMIE DE L'ORCHESTRE DE PARIS

 "UN SON « PUR » EST UN SON RICHE EN HARMONIQUES"

 APRÈS AVOIR SUIVI UN COURS DE CLARINETTE, PHILIPPE BERROD EST TOUT DE SUITE SÉDUIT PAR L'INSTRUMENT COMME PAR LA DÉCONTRACTION DES CLARINETTISTES. IL EST CONVAINCU QU'IL EST NÉCESSAIRE DE PERMETTRE À CHAQUE JEUNE D'ACCÉDER À UN INSTRUMENT DE MUSIQUE. TOUCHER UN INSTRUMENT PEUT DONNER LE GOÛT  DE LA MUSIQUE.  PHILIPPE BERROD A REJOINT L'ORCHESTRE DE PARIS EN 1995.  IL A DES BESOINS ET ATTENTES PRÉCIS CONCERNANT LE SON. C’EST CE QU'IL NOUS RACONTE, ICI.

NAISSANCE D’UNE VOCATION GRÂCE A SON PROFESSEUR 

Alors que certains musiciens déclarent avoir eu de véritable coup de foudre pour leur instrument de prédilection, Philippe Berrod, lui, a choisi la clarinette car «il s'avère qu'il y avait tout simplement une bonne ambiance dans la classe.» L'instrument lui apparaît comme amusant, facétieux, avec beaucoup de possibilités. Naît alors une passion musicale qui est venue à l'écoute de répertoires variés. « Quand j'ai entendu l'orchestre, ça a été  une révélation » confie le clarinettiste. 

VIDEOS

JOUER DE TOUS LES REGISTRES

Philippe Berrod a réalisé de nombreux enregistrements comme les intégrales de musique de chambre avec vents de Saint-Säens, de Schumann, de Poulenc, unanimement récompensées par la presse : 4 clés Télérama, Choc classica, Diapason d'or, Clé de l'année resmusica …
Il est nominé aux Victoires de la Musique et invité d'honneur en 2011.

Philippe Berrod a un goût pour les sentiers non balisés de la musique ce qui l'amène à participer à des projets originaux et variés : classique, contemporain, musique du monde, jazz, musique klezmer ou yiddish.

UNE PLACE PRIVILÉGIÉE & RISQUÉE DANS L’ORCHESTRE

Dans l’ensemble philharmonique, la place de la clarinette est en immersion totale dans l'orchestre. Aux yeux de Philippe, « c'est une place privilégiée parce qu'on peut entendre un peu de tous les instruments et on doit être connecté avec tous les instruments ». Mais c'est aussi une place dangereuse parce les percussions et les cuivres sont juste derrière et que, parfois, le son est tellement fort qu’il est nécessaire de se baisser, de se protéger. Philippe nous indique : « on est parfois un peu inquiet après un concert puisque la place du clarinettiste est au centre avec les trompettes derrière et les percussions, on peut avoir une crainte de perte d'audition ou on est fragilisé. » 

LA PERFECTION DU SON NATUREL SELON PHILIPPE

Parce que ses oreilles sont parfois malmenées après 6 ou 8 heures de répétition en tant que musicien de l’Orchestre, Philippe Berrod s’intéresse au fait de trouver une solution qui protège son audition tout en lui permettant de conserver sa capacité à jouer avec les autres. Le clarinettiste a donc testé nos aides auditives et son expérience a été surprenante : « lorsque j'ai essayé l'aide auditive WIDEX, l'environnement sonore était assez aéré, assez naturel. » Pour Philippe, le son naturel porte comme un message direct, implacable. En quelque sorte, évident. 

AMBASSADEURS WIDEX DE L'ACADÉMIE DE L'ORCHESTRE DE PARIS

Retour en haut de page